AU SERVICE DES ACTEURS DE L’INNOVATION

Formation

Bon an, mal an, la formation représente près de la moitié de l’activité du cabinet PENNEC et, immédiatement, il nous faut indiquer quelle est notre posture que l’on peut qualifier, par un emprunt à Montaigne, comme non pas « remplir un vase » mais comme « allumer un feu ».

C’est dire que nous sommes très attachés, même si par nécessité une formation porte tel ou tel nom, que chaque déclinaison de celle-ci soit attentive aux besoins et attentes des apprenants… subséquemment à la pédagogie car les conditions d’atteinte des objectifs comptent tout autant que l’atteinte de ceux-ci. De la sorte, si nos formations s’énoncent en « programmes », c’est bien plus en termes de « projets de formation » qu’il convient de les caractériser : le programme s’applique, le projet se construit.

Plusieurs de nos formations sont identifiées comme « actions d’intérêt national », c’est-à-dire considérées par une branche professionnelle et par l’organisme collecteur agréé comme susceptibles d’intéresser l’ensemble des professionnels. Ainsi « Culture Commune » (CC), « Observation du territoire et des jeunes vers l’ingénierie de projet » (OTJIP), « Le conseil en évolution professionnelle » (CEP) pour UNIFORMATION et la branche des Missions locales.

D’autres formations sont conçues à partir de l’analyse d’une demande particulière, d’autres encore sont nées d’observations que nous avons faites et que nous proposons aux professionnels : c’est le cas de « Capter, décrypter les appels à projets, y répondre ».

La construction de nos formations s’inspire de la norme internationale ISO 29990 qui recouvre une forte vigilance sur la qualité de la prestation, depuis la concordance avec les besoins jusqu’à l’évaluation, quantitative/factuelle et qualitative. Dans tous les cas, nos formations ont une visée de professionnalisation entendue comme une triade avec…
– Le volet du professionnel, c’est-à-dire de tous les éléments juridico-administratifs qui constituent le cadre légal du travail.
– Le volet du professionnalisme, lui-même composé de progression dans les dimensions du savoir (cognitif), du savoir-faire (instrumental) et du savoir-être (comportemental).
– Le volet de la professionnalité, recouvrant ce qui fait sens, ce qui permet de ne pas s’en tenir à une logique d’emploi mais de progresser selon une dynamique de métier.

En « intra » (une seule structure) ou en « inter » (plusieurs structures), nos formations se fondent sur une hypothèse, les ressources sont chez les apprenants, la formation est une maïeutique, et sur les réponses à apporter à deux questions, simples dans leur énoncé, plus complexes dans leurs réponses : « comment mieux travailler ? » et « comment mieux travailler ensemble ? »

Certaines formations – deux ou trois jours – privilégient des apports sur des thématiques sériées, bien entendu enrichis des contributions des apprenants ; d’autres sont de type « action » articulant une session en face-à-face pédagogique (deux jours, par exemple) puis une période d’intersession (un-deux mois), durant laquelle des travaux sont réalisés par les apprenants avec un soutien à distance, enfin une seconde session de restitution, mise en débat et validation en plénière (deux jours).

Enfin, le domaine de la formation est également, plus en amont, celui de l’ingénierie de formation depuis un diagnostic de la politique de formation jusqu’à l’élaboration d’un plan annuel et pluriannuel de formation.

exemples de prestations :